Le mot du mois: École

Romain Enriquez
Romain Enriquez

Une école du travail, une école de la réussite, une école ouverte sur le monde du travail ou même professionnalisante… Ces formules qui sont entrées dans notre vocabulaire – ou du moins dans celui que cherchent à imposer les médias – sont de pures contradictions quand on se réfère à l’origine du mot et aux valeurs dont il était porteur dans l’Antiquité. On peut même se demander si les objectifs qui sont aujourd’hui assignés à l’école ne contribuent pas à la dévaluer complètement.

Le monde antique établit une distinction entre la vie active et productive d’une part, la vie « contemplative » d’autre part, tournée vers l’étude et la réflexion. L’école (schola) appartenait à la seconde, c’est-à-dire à ce moment de loisir (scholè) porteur de connaissance, dont Hannah Arendt donne une belle définition dans La Crise de la culture : c’est « le temps où nous sommes libres de tout souci et activité nécessaires (…) et, par là, libres pour le monde et sa culture ». Autrement dit, l’école n’avait pas vocation à préparer à ce qu’on appelle le monde du travail (ou, quand on ne prend plus de gants, au « marché du travail »), mais elle n’était pas non plus conçue comme un sanctuaire : de façon plus exigeante, elle avait vocation à préparer au monde en général, à former une personnalité, à donner sens à l’existence.

Alors que le loisir était un temps libre, il est aujourd’hui asservi à une logique quantitative. Hannah Arendt qualifiait de philistin celui qui « méprisa d’abord les objets culturels comme inutiles », avant de se raviser pour « s’en saisir comme d’une monnaie avec laquelle il acheta une position supérieure dans la société ». Tel est le processus qui s’est joué, à l’époque moderne, dans la plupart des politiques ou plus exactement des économies de la connaissance. L’éducation est devenue une valeur d’échange, c’est-à-dire qu’elle a substitué celle-ci à ses autres valeurs. Les critères productivistes d’efficacité, de marchandisation, inscrivent l’école moderne dans la logique gestionnaire et quantitative dont elle devrait être, non pas forcément l’ennemie, mais la conscience libre et réfléchie.

Plus d'articles de la reprise

What’s a Rich Text element?

The rich text element allows you to create and format headings, paragraphs, blockquotes, images, and video all in one place instead of having to add and format them individually. Just double-click and easily create content.

What’s a Rich Text element?

Static and dynamic content editing

A rich text element can be used with static or dynamic content. For static content, just drop it into any page and begin editing. For dynamic content, add a rich text field to any collection and then connect a rich text element to that field in the settings panel. Voila!

How to customize formatting for each rich text

Headings, paragraphs, blockquotes, figures, images, and figure captions can all be styled after a class is added to the rich text element using the "When inside of" nested selector systeemee

Lol, this is a link